Bienvenue sur le site du Réseau National « Violences Santé » !

Publié le par thierry faict

thierry-Faict.jpgMadame, Mademoiselle, Monsieur,

 

Bienvenue sur le site du Réseau National « Violences Santé » !

 

Ce site est destiné à vous informer sur tous les aspects des violences modernes, et plus particulièrement sur ceux liés aux violences conjugales : leur fréquence, leurs différentes formes et aspects, leurs conséquences sur la santé (physique et mentale), les droits des victimes et les effets attendus des nouvelles lois, les situations « à risque », les recours sanitaires et judiciaires, …

 

Vous y trouverez donc de nombreuses rubriques rédigées par les spécialistes des questions qui y sont abordées : histoire des droits et prérogatives des femmes, le suicide, le harcèlement sexuel et moral, les grandes acquisitions sociales (contraception, avortement, la parité, …), les violences morales, les contraintes et dépendances économiques, les aspects religieux et culturels, …

 

Pour autant, ce site n’est pas un site « féministe » ; il n’est donc pas réservé qu’aux seules femmes

 

En effet, si les mouvements féministes ont en leur temps permis de très nombreuses et substantielles avancées – que nul ne songerait raisonnablement à discuter aujourd’hui – il est désormais indispensable que les hommes s’impliquent dans la lutte contre toutes les formes de violences et aident leurs compagnes à progresser tant vers une réelle parité, construite plus qu’imposée, que vers une égalité naturelle et consentie des chances, des droits et des carrières.

 

Ce qui n‘est plus aujourd’hui un idéal inaccessible se doit d’être bâti par l’ensemble des françaises et des français pour faire de notre société une collectivité réellement libre, exemplaire et démocratique !

 

Un exemple pour l’Europe et le reste du Monde…

 

Il ne s’agit nullement, Messieurs, de sombrer dans un militantisme sincère, mais naïf (donc souvent dépourvu d’effets), et encore moins d’abandonner nos prérogatives culturelles et ataviques ; il s’agit beaucoup plus simplement de les partager. Aucun d’entre nous ne songerait en effet sérieusement à supporter l’inégalité salariale « sexuée » que l’on trouve encore dans de nombreuses entreprises, ou encore l’inégalité souvent caricaturale des carrières (à diplôme et compétences égales) – quand bien même les femmes auraient, pour « réussir », renoncé à la maternité et à leur parentalité –, voire à supporter la domination physique d’un compagnon à bout d’argument…

 

Il s’agit bien au contraire de vous faire partager sur ces quelques pages Web l’expérience des spécialistes de la violence que sont les médecins du service de victimologie du CHU de Clermont-Ferrand, vous faire effleurer notre triste quotidien et l’histoire – toujours plus dramatique – de ces femmes battues, violées, humiliées, déconsidérées, « virées », …, qui remplissent nos consultations sous de fallacieux prétextes qui ne trompent plus : il y a décidément en France trop d’escaliers desquels seules les femmes ratent les marches !

 

La violence a en effet de très nombreux effets sur la santé et, croyez-nous sur parole, les plus graves ne sont pas les plus visibles

 

Nous ne savons en effet encore rien à ce jour de la réelle portée de ce phénomène sociétal qui dépasse de loin sa seule facette culturelle ; malgré de très nombreuses études (dont celle effectuée au début de ce millénaire par le Pr HENRION), tout reste à découvrir : le réel bassin de violence (ce que l’on appelle en termes médicaux « barbares » : incidence[1] et prévalence[2]), l’étendue de ses effets les plus méconnus (dont la part directement ou indirectement dévolue au suicide par exemple), ses effets indirects – donc ignorés – sur la précarisation des foyers monoparentaux, les liens avec la santé et les coûts des pathologies induites (dépression, maladie, alcoolisation, toxicomanie, …), le prix humain des « années de vies perdues », comme celui tout aussi emblématique des souffrances endurées et des projets à jamais enterrés.

 

La violence conjugale ne doit plus être analysée sous la forme d’une simple domination sexiste ; les phénomènes et conditions qui la permettent sont infiniment plus complexes et subtils ; la femme peut d’ailleurs être également violente. Certes souvent de façon plus subtile, mais – reconnaissons–le – le gradient est loin d’être en défaveur de la gent masculine.

 

Nous espérons donc que vous trouverez sur ce site les réponses aux questions que vous vous posez. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à nous les poser et à échanger avec nous ! Nous souhaitons vivement que les hommes eux-mêmes se livrent sur nos forums, anonymement s’ils le souhaitent, pour nous aider à comprendre les mécanismes du « passage à l’acte », ou nous faire part de leur opinion à ce sujet (même si elle est indignée).

 

Notre service travaille actuellement sur de très nombreuses thématiques touchant à ces violences, dont la rédaction d’un projet de loi (traitant des qualifications pénales et de modalités plus adaptées de l’exécution des peines) visant à prendre en compte tous les aspects de ces situations…

 

Alors n’hésitez pas ! Contactez-nous, faites-nous part de vos idées, de vos indignations, de vos expériences et de vos propres combats. Nous ne sommes certainement pas là pour juger, mais bel et bien pour tenter de comprendre, soigner et aider ; tant les victimes que les auteurs !

 

Pr Thierry W. FAICT

Chef du Service Régional de Médecine Légale

Région Auvergne



[1] Nombre de nouveaux cas apparaissant chaque année.

[2] Nombre total de cas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article